Archives mensuelles : mai 2017

Lost (Noir Désir)

Là, c’est du très lourd.
Noir Désir est très certainement l’un des groupes qui m’a le plus marqué durant ma jeunesse. La révolte échevelée de ses textes et la violente liberté de sa musique m’ont procuré parmi mes plus intenses frissons musicaux. Avec des albums incontournables comme « Tostaky » ou « 666.667 Club », on pouvait se faire facilement une luxation des cervicales sans avoir forcément les cheveux longs et on améliorait considérablement son niveau de air-guitar. Et en plus, les textes étaient en français ! Une vraie poésie tourmentée et douloureuse qui était donnée sans calcul par Bertrand Cantat.
« Lost » est une chanson tirée du dernier album studio du groupe « Des visages des figures »avant le déchirement que nous connaissons tous. Pour l’anecdote, Romain Humeau, le leader du groupe Eiffel, est à la commande pour les arrangements de la dernière chanson de l’album.
Notre version est complètement revisitée car il n’était pas raisonnable de se frotter à un tel monument sans risquer le ridicule. J’ai pris le parti du contre-pied une fois de plus (et ce n’est pas fini, vous verrez).
Bonne écoute

Je ne t’aime pas (Vincent Baguian)

Petite légèreté que cette chanson de Vincent Baguian (Deezer). Il la chante parfois seul (album « Mes chants » de 2000) , parfois avec Zazie en live au Bataclan en 2003 et parfois avec Elodie Frégé en 2008 dans l’album « ce soir, c’est moi qui fait la fille ».
Je vous propose une nouvelle orchestration pour cette variante de Sève.
Bonne écoute

Reprise de publication de reprise : « Yalla »

Pendant que Sève se remettait de ses diverses angines, trachéites et autres maux hivernaux , j’ai peaufiné la réalisation des chansons. La reprise de l’enregistrement des voix a enfin pu se faire cette semaine. Les chansons restantes devraient donc bientôt pouvoir être toutes mixées et proposées à votre écoute.
Pour recommencer, nous vous proposons cette reprise d’une chanson très connue de Calogero de 2003 : Yalla.
Sève est toujours au choix des chansons de l’album mais c’est bien moi qui produis et choisis les arrangements. Pour ce remix, je me suis amusé à mettre une ambiance électro et vous remarquerez même un usage, discret mais assumé, du célébré auto-tune. IL s’agit en fait d’un correcteur automatique de justesse qui est très utilisé dans tous les studios. Il est normalement imperceptible sauf si on force le résultat. C’est devenu presque incontournable dans une certaine frange du R’nB, de l’electro et du Hip-Hop.
Côté texte, j’ai découvert que c’est une chanson en hommage à Soeur Emmanuelle… No comment.

Bonne écoute !