Archives de catégorie : Album

Hautes pressions (collaboration avec Denis Breulles)

Télécharger la chanson en MP3

Une pause avant la sortie du Soliloque.
Des retrouvailles après 6 lustres. Une époque où la guitare était un mode de communication universel.
Denis écrit aussi des chansons. Il est plus folk que moi.
Du coup, après qu’il m’ait fait entendre 3 accords qui lui trottaient dans la tête depuis très longtemps (m’a-t-il dit), je lui ai proposé d’en faire une chanson…rock. Logique…
Nous nous sommes partagé le texte. Ça raconte donc deux histoires parallèles. Et nous nous sommes aussi partagé le chant. Denis a bien voulu faire la petite ritournelle avec sa (vraie) Telecaster, cet arpège qu’on distingue pendant les couplets.

Comme d’habitude, j’attends vos retours et cette fois (comme avec Francis), ça ne concerne pas que moi.

En bonus, les photos de la session d’enregistrement de la chanson

 

Bonne écoute

Chris

Le soliloque

J’approche de la fin de la phase. Le moment discret où je me dis qu’il est temps de clore mon travail. Un rythme invisible, une cadence de chansons qui me donnent l’impression d’une unité. J’ai essayé de traquer cette thématique, celle du soliloque. Je l’ai déjà dit mais c’est l’impression que j’ai parfois quand je produis mes chansons.
Là, j’y suis presque. La chanson éponyme et il ne restera plus qu’une, voire deux chansons.

« Le soliloque » est un ancien texte que j’ai remanié plusieurs fois. L’inspiration des paroles et de la musique m’est venue de la bande originale du film « Phantom of the Paradise » de Brian de Palma et plus particulièrement de la chanson « Beauty and the beast » de Paul Williams. Mais le thème s’est affiné et a vraiment pris tout son sens quand j’ai trouvé son titre.  Le mythe de Faust est toujours présent au début mais ensuite, il y a toutes les autres conversations imaginaires. Celles avec dieu, celles avec l’écrit, avec l’ami absent, celui qu’on fuit et enfin soi-même. Pour moi (c’est juste ma thèse), ce qui nous pousse dans cette solitude, c’est simplement la peur. Parler à ce qui ne peut pas nous répondre, nous contredire.
Toutes les autres chansons que je vous ai proposées sous cette bannière parlent d’autres formes de soliloques : Le posthume (La mort n’est pas le carnaval), celui d’une femme (3919), les dernières pensées d’un enfant-soldat (Rêver trop tard), l’acceptation de ses différences (3 mouvements distincts). Pour les autres textes, c’est plus dilué mais c’est bien là : « On ne s’entend plus » parle du double monologue de la dispute dans le couple.  « Nous sommes tous des clients » de l’aveuglement du consommateur. « Le paradis » de la difficulté de prendre la protection de l’autre. « Austria » : l’absurde surdité des nations qui n’entendent pas l’histoire se répéter. « La beauté de l’inutile » : le doute face à l’écriture.

J’ai bien conscience qu’à ce jeu, on peut raccrocher toutes les chansons du monde à mon thème.
Artificiel donc ? Universel plutôt.

Bonne écoute

Chris le 08/10/19

Nous sommes tous des clients

Cette chanson attendait juste une chose pour vous être proposée : les choeurs d’Eléa et Raphaël. En effet, je voulais vraiment y mettre une touche de moquerie qui colle bien au thème. L’écriture de la musique et la 1ère version du texte datent des années 90. Je crois malheureusement que le consumérisme est de plus en plus la religion de notre époque. On ne défile plus pour des idées mais pour le pouvoir d’achat, pour avoir le droit (?) de consommer sans freins.
Je ne suis sans doute pas le dernier dans cette pratique que je dénonce mais charité (voire gaspillage) bien ordonnée commence par soi-même.


Juste pour le fun, le QR code fonctionne… 🙂 et le code barre a vraiment été généré à partir de mon numéro de sécurité sociale.

Ecoutez et partagez si vous avez aimé !

About you (feat. BootUpSound)

Une chanson écrite et composée par Francis Alias BootUpSound.
Il m’a fait l’honneur de me demander de lui donner vie.
C’est vrai que de travailler sur un style si empreint de l’influence albione me donne des L (Liberté, Lyrisme, Lâcher-prise, L’audace…) et je m’aventure dans des contrées harmoniques nouvelles, grâce à l’écriture musicale si particulière de Francis, bien évidemment.
Voici donc notre 3ème collaboration. J’espère qu’elle vous touchera et que vous prendrez autant de plaisir à l’écouter que nous avons eu à la faire. 1 an de travail en pointillé…

Chris

LR6 (les présentations sont fêtes)

Une nouvelle page sur mon site pour suivre l’actualité de ma nouvelle vie de musicien de scène.
Issu de mon envie de jouer avec de vrais musiciens au détriment de mes machines, j’ai d’abord préempté 3 musiciens du groupe Maestro dans lequel Sève chante régulièrement.
L’idée d’origine était simplement de se faire plaisir avec un répertoire de rock français.
Pas forcément de projet de scène dans un premier temps.
Les répétitions ont eu lieu pendant quelques mois, le temps de s’apprivoiser.
A la suite d’une opportunité de concert pour la fête de la musique à Loudéac, nous avons commencé à nous prendre un petit plus au sérieux (juste un tout petit peu).
Mais il manquait une pièce au groupe composé alors d’une batteuse, d’un guitariste, d’un saxophoniste, d’une chanteuse et de moi-même à la seconde guitare pour en faire un groupe de rock digne de ce nom : un bassiste.
Il s’agit d’un animal sauvage et rare et donc très convoité. C’est presque aussi rare qu’un batteur (mais moins rare qu’une batteuse quand même). Nous avons réussi à en capturer un grâce à des pièges savamment placé au pied d’une scène.

Dès lors, les répétitions ont pu prendre un aspect plus ambitieux. Mais à 6, c’est nettement plus compliqué à coordonner.

Nous n’avons jamais fait le concert de la fête de la musique (pour d’obscures raisons que je tairai ici). Mais nous avons très vite pu capitaliser nos heures de répétitions lors d’une scène en guise de 1ère partie de Maestro au « mercredi d’Loudia » le 18 juillet 2018.
Le fait que nous n’avions pas encore de nom n’a pas simplifié notre repérage et nous avons été assimilé au groupe Maestro (avec lequel nous partageons quand même 4 musiciens ! Ceci expliquant cela).

Le nom LR6 a été trouvé par Philippe. On peut y voir un clin d’oeil à ACDC en version « piles », car nous n’avons sans doute pas la même énergie mais sûrement la même intention : jouer du rock. Et comme LR6, ça fait aussi « Loudéac Rock » et que nous sommes 6, la boucle est bouclée.

Nous n’avons certainement pas (encore ?) de prétention de scène à tout va ou de festival car nous sommes tous beaucoup occupés par ailleurs mais nous jouerons en tout cas deux fois au cours de ce mois d’octobre 2018, à Plouguenast et à Saint Thélo.

A suivre donc

Chris