Archives pour la catégorie Chanson

On ne s’entend plus

Sans doute une de mes chansons les plus ambitieuses. Tout ce que j’aime s’y trouve ; style, paroles, sons, rythme, variations. Musicalement, c’est plutôt rock. Je trouve que ça envoie du lourd. Je me suis régalé en la chantant et j’ai parfois regretté de réussir trop vite mes prises (l’appel du live ?).
J’y parle de cette phrase que vous avez tous dit (du moins j’espère sinon 😥 ) mais qui doit garder toute sa fragilité pour être toujours émouvante.
Publication après publication, j’espère toujours soulever l’enthousiasme. Alors peut-être que cette fois…

« Rêver trop tard »


Cette semaine, je vais être consensuel. Je suis pourtant assez doué d’habitude pour créer des polémiques malgré moi et c’est assez fréquent que mes interventions sur Facebook et d’autres médias (dont l’intranet de mon propre boulot) allument la colère de quelques rageux qui voudraient que tout le monde pense comme eux.

Cette semaine donc je ne pense pas trop prendre de risque en vous proposant cette chanson qui évoque la traite des enfants-soldats. Je serais bien étonné qu’un dictateur vienne sur mon site pour y laisser un commentaire incendiaire.

Le texte est ancien. Il a donc conservé une certaine fraîcheur naïve de mes 16 ans. Seul le prénom de l’ami du narrateur a été mis au malheureux-goût-du-jour.
Elle a été enregistrée comme d’habitude à la maison. Je joue banjo, guitares acoustique et électrique et basse. J’ai programmé les autres instruments (drums, cordes et synthé). Le tout est mixé dans Cubase.
Bonne écoute et lecture.

« 3919 » Petite avant-première


La fin du petit détour par le projet Intothewood m’a permis de reprendre mes travaux sur l’album « Le soliloque » qui étaient déjà bien avancés. La prise en main d’une nouvelle version de Cubase ‘mon logiciel de création musicale) m’a fait perdre un peu de temps. J’avais malgré tout l’envie de vous faire découvrir cette première chanson que je pense aboutie.
Comme le titre de l’album l’indique un peu, les textes des chansons seront orientés vers des thèmes sur la solitude, l’isolement, l’incompréhension. Comme pour coller à l’actualité (même si j’ai écrit ce texte depuis plus d’un an), la première histoire  parle de cette femme qui n’a pas encore trouvé le courage de surmonter sa peur et d’appeler à l’aide.

L’envie (Johnny Hallyday)

« A combattre sans risque, on triomphe sans gloire ».

Je ne cherche pas nécessairement un triomphe (quoique ça ne dépend que de vous) mais, pour cette dernière chanson de notre album de reprises, j’ai accepté de m’aventurer sur des terres inconnues. L’idole des jeunes n’est pas tout à fait dans la liste des artistes que j’emmènerais sur une ile déserte (encore faut-il pouvoir prévoir ce genre de déboire). J’ai donc essayé de trouver des excuses pour ne pas le faire quand j’ai vu cette chanson dans les listes des propositions que Sève m’a faite au moment où nous choisissions les 10 titres qui allaient composer « De fil en aiguille ».  Elle l’avait aussi choisie par esprit de conquête car il ne me semble pas l’avoir déjà entendue fredonner les portes du pénitencier le matin sous la douche.
Après m’être fait une raison, j’ai tourné longuement autour de l’objet. Comment s’approprie t-on un tel monstre, sans paraître ironique, parodique, irrespectueux, lâche et en gardant sa propre identité.
Il m’a fallu au moins 5 ou 6 versions (il y a même une version jazzy !) pour commencer à me satisfaire de cette appropriation. Je n’ai pas joué les iconoclastes mais je crois que nous avons réussi à créer quelque chose de neuf. Et là, soit je réconcilie les deux camps (les anti et les fans), soit je me les mets tous à dos.
Pour parodier le jury de « the voice », cette chanson est très difficile. Mais là c’est vrai.
J.J Goldman est à la compo et il semble qu’il se soit bien amusé avec les capacités vocales de son interprète. Les lignes mélodiques sont loin d’être évidentes et le passage du couplet au refrain est si compliqué à accrocher que j’ai trouvé une vidéo où Goldman ne s’y essaie même pas et reste dans la même tonalité. Pour y arriver, il a fallu que je glisse une note référence qui permet à Sève de passer dans la bonne tonalité.
En tout cas, j’assume totalement cette aventure et j’espère que vous y prendrez du plaisir.

Bonne écoute.