Archives pour la catégorie Chanson

« L’enfer » dans la langue de Shakespeare

Voici le moment de vous présenter la première pièce de mon nouveau projet musical.
Il s’agit d’une collaboration avec mon ami et néanmoins britannique Francis Catley.
Cette chanson est une adaptation en anglais  d’une chanson déjà présente sur « C.A.S.A » en 1999 et sur « Oxymores & Coquecigrues » en 2012.

Pour cette nouvelle version, c’est Francis, alias BootUpSound, qui chante. C’est aussi lui qui a traduit mon texte. Il ne s’agit pas d’une simple traduction d’ailleurs mais bien d’une version fidèle par le sens plus que par les mots. J’espère que vous aurez envie de partager ce moment. Il y aura bientôt d’autres chansons. Francis est lui-même auteur compositeur. La prochaine sera donc une de ses œuvres.

Je vous propose maintenant le texte que je lui ai proposé d’écrire. Je vous avoue que je ne comprends pas tout…

Chris

« The original  » l’enfer » written in the dying embers of the 20th century with New Romantic and Prog Rock undertones, exudes inner depths with captivating and unexpected chord structures, whilst dazzling the listener with sensational vocals.
But could it work in Shakespeare’s fair tongue?

Many feverished pencil gnawed evenings have resulted in an anglicised adaptation which faithfully reproduces the original text.
Some recording sessions later, a suitable vocal mix  was combined with a brand new instrumental, resulting in this offering, which I hope you enjoy as much as we do. »

Francis

 

La mort n’est pas le carnaval

Je raconte le sentiment que j’espère inspirer à celle que j’aime juste après qu’elle ait séché ses dernières larmes.
La culpabilité de survivre nous condamne à habiller nos sentiments.  Le fait-on vraiment pour ceux qui sont morts ou pour le jugement des survivants, comme une démonstration de celui qui a la plus grande douleur ?

Je veux déclarer dès à présent à ceux qui me survivront qu’ils pourront très vite m’oublier, je ne viendrai pas les hanter.
La mort est inéluctable (mon lieu commun du jour mais je ne suis pas sûr que tout le monde le sache) et même si en tant que cher disparu, je vous manquerai, il ne sera pas raisonnable de continuer à s’adresser à moi, je ne vous entendrai pas. Il ne servira à rien de me visiter,  je n’en aurai pas conscience. Il sera inutile de porter l’habit du deuil, je ne vous verrai plus.

On ne s’entend plus

Sans doute une de mes chansons les plus ambitieuses. Tout ce que j’aime s’y trouve ; style, paroles, sons, rythme, variations. Musicalement, c’est plutôt rock. Je trouve que ça envoie du lourd. Je me suis régalé en la chantant et j’ai parfois regretté de réussir trop vite mes prises (l’appel du live ?).
J’y parle de cette phrase que vous avez tous dit (du moins j’espère sinon 😥 ) mais qui doit garder toute sa fragilité pour être toujours émouvante.
Publication après publication, j’espère toujours soulever l’enthousiasme. Alors peut-être que cette fois…

« Rêver trop tard »


Cette semaine, je vais être consensuel. Je suis pourtant assez doué d’habitude pour créer des polémiques malgré moi et c’est assez fréquent que mes interventions sur Facebook et d’autres médias (dont l’intranet de mon propre boulot) allument la colère de quelques rageux qui voudraient que tout le monde pense comme eux.

Cette semaine donc je ne pense pas trop prendre de risque en vous proposant cette chanson qui évoque la traite des enfants-soldats. Je serais bien étonné qu’un dictateur vienne sur mon site pour y laisser un commentaire incendiaire.

Le texte est ancien. Il a donc conservé une certaine fraîcheur naïve de mes 16 ans. Seul le prénom de l’ami du narrateur a été mis au malheureux-goût-du-jour.
Elle a été enregistrée comme d’habitude à la maison. Je joue banjo, guitares acoustique et électrique et basse. J’ai programmé les autres instruments (drums, cordes et synthé). Le tout est mixé dans Cubase.
Bonne écoute et lecture.

« 3919 » Petite avant-première


La fin du petit détour par le projet Intothewood m’a permis de reprendre mes travaux sur l’album « Le soliloque » qui étaient déjà bien avancés. La prise en main d’une nouvelle version de Cubase ‘mon logiciel de création musicale) m’a fait perdre un peu de temps. J’avais malgré tout l’envie de vous faire découvrir cette première chanson que je pense aboutie.
Comme le titre de l’album l’indique un peu, les textes des chansons seront orientés vers des thèmes sur la solitude, l’isolement, l’incompréhension. Comme pour coller à l’actualité (même si j’ai écrit ce texte depuis plus d’un an), la première histoire  parle de cette femme qui n’a pas encore trouvé le courage de surmonter sa peur et d’appeler à l’aide.