la part de l’autre en chacun de soi

Je débute cette année 2016 par une uchronie.

Derrière ce terme peu connu (et pas très joli), il y a le jeu auquel la plupart d’entre nous s’est certainement déjà prêté : réécrire l’histoire, le « si j’avais… » de nos regrets ou de nos frayeurs rétrospectives.
Eric Emmanuel Schmitt nous parle de Hitler au moment où il aurait pu faire un choix, celui de devenir un autre homme, un peintre. Et de cette hypothèse, il invente un autre XXème siècle. Dernière l’aspect vertigineux de l’exercice, il ne faut pas oublier la tentative de remettre le choix de chacun au niveau de sa responsabilité. Aucun de nous ne peut prétendre être emporté par l’Histoire. Chacun peut y résister. Ceux qui disent ne pas avoir eu le choix n’ont pas exercé leur libre arbitre. Ils ont décidé de ne pas avoir le choix.
Si nous donnons à Hitler ou à d’autres tortionnaires du monde, les connus, les anonymes et les « en-manque-de-reconnaissance » l’absolution d’avoir été contraints par l’Histoire, nous en faisons des victimes et il nous devient impossible de les condamner, de les désigner comme responsable de leurs actes et de leurs décisions.
Au contraire, affirmer qu’ils auraient pu ne pas être ce qu’ils sont devenus, que leurs tentations étaient résistibles par eux-mêmes et non pas seulement par l’entrave des autres, c’est soutenir qu’il faut remettre la responsabilité individuelle au cœur de l’action des hommes, refuser que des groupes désincarnés agissent comme si une volonté générale avait un sens.
L’action d’un groupe vaut-elle plus que la volonté de ses individus ?
Nos votes, nos absentions, nos refus, nos prises de position, nos attentismes, nos mépris, nos ignorances, nos aveuglements, nos capitulations et nos résistances sont des actes uniques dont les conséquences se répercutent indéfiniment sur les murs de l’histoire des hommes comme un écho qui ne s’atténue jamais tout à fait.

Cette chanson vous paraîtra peut-être trop douce pour évoquer le monstre qu’a été Hitler. Mais je ne veux pas en faire un monstre justement. Comme Eric Emmanuel Schmitt, je veux résister à la tentation si confortable de le mettre au ban de l’humanité. On se réveille toujours groggy de s’apercevoir qu’on a croisé un jour un futur pédophile,  de réaliser qu’on a pas vu son enfant s’enfoncer dans la drogue. Mais je veux voir un véritable espoir dans l’idée que rien n’est écrit d’avance, que chacun peut être ramené dans la lumière, détourné de son côté obscur  😉 .

En ce début 2016, tout reste à faire pour contrer ce fatalisme sur le climat, les guerres et la violence de l’intolérance. Beau programme idéaliste mais puisque c’est bien nous tous qui avons mené le monde là où il est, c’est bien à nous tous de le sortir de ce piège.

Bonne année à tous (j’ai bien dit « à tous »)

PS : Ce livre, et je l’espère un peu aussi ma chanson, se proposent comme une réponse à l’appréhension que beaucoup d’entre nous avons eu en apprenant que « mein kampf » était tombé dans le domaine public. Mais je crois qu’il vaut mieux savoir que d’ignorer et qu’il ne faut jamais avoir peur des livres car les livres ne sont jamais dangereux, seules l’ignorance et l’absence d’esprit critique du lecteur sont périlleuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *