Archives par mot-clé : bootupsound

Not for the stars

Une nouvelle chanson signée Francis (Catley alias BootUpSound).
Une nouvelle collaboration trans-manche.
Le texte est de Francis (pour quelqu’un qui prétend que les paroles n’ont pas d’importance, il est bien long…).
Comme souvent, il a été fini à deux mains.

La musique et les thèmes mélodiques sont de Francis. Il a aussi joué les claviers et bien sûr, il chante.

Les chœurs sont de Francis, de moi et de Sève qui est venue faire un petit passage à la fin de la chanson.

Le solo de la fin est issu d’une âpre négociation. J’ai subi une quasi intimidation pour le refaire jusqu’à ce qu’il sonne comme Francis l’imaginait.

Presque toutes mes guitares ont été sollicitées : Telecaster, Aria pro II, Folk Maestro, banjo, basse Vantage et même ma nouvelle Lag qui a servi sur les toutes dernières notes du solo.

Ah oui au fait, j’allais oublier… Notre duo porte lui aussi désormais un nom : « Never cry in Britain ». Pour ceux qui veulent savoir pourquoi, il faudra demander.

Bonne écoute
Chris

« Ici Londres » (ou presque)

Francis a proposé l’écoute de notre chanson commune à une station locale de la BBC du sud de l’Angleterre qui diffuse des chansons de musiciens peu ou pas connus. Il avait déjà tenté sa chance avec des chansons de lui et avec notre version anglaise de « L’enfer ». Ces titres n’avaient pas retenus l’attention de sélectionneur.
Cette fois-ci, « That song » a été choisie pour être diffusée. C’est bizarre d’entendre l’animatrice essayer de prononcer « JeanSol ».
Voici donc notre passage sur la BBC (pour l’instant, je ne note pas le moindre frémissement dans les stats des visites du site…)

 

That song (BootUpSound + JeanSol)

  • « Esprit collaboratif es-tu là ? »
  • « Oui ? »
  • « Je voudrais produire une chanson en anglais sans infliger mon accent déplorable à mes auditeurs »
  • « Ok, mais tu l’as déjà fait en adaptant une de tes chansons… »
  • « Ah ouais c’est vrai. Mais je voudrais en faire des originales et même pas des à moi. »
  • « Mais pourquoi tu me demandes ça à moi ? T’as qu’à redemander à Francis ! »
  • « Ok Ok. Merci quand même esprit collaboratif »

Bon ben voilà comment ça ne s’est pas passé. Pas de séance de spiritisme pour rencontrer un quelconque fantôme de reprises passées ni futures. Juste une rencontre amicale et fructueuse avec un membre de la perfide Albion.
Francis a, dans son tiroir musical, tout un tas de petits morceaux , de thèmes, de couplets plus ou moins construits. Comme dans une boîte de puzzle, il suffit de patience pour dénicher quelques perles aux accents délicieusement outre-manche. Quelques heures de partage et de traduction d’intentions suffisent à faire émerger une vraie chanson. L’intrication est telle qu’il nous est difficile de désigner au final ce qui vient de l’un ou de the other.

Voici donc la première chanson de Francis Catley alias BootUpSound produite et jouée par mes soins. Elle parle de quelqu’un en particulier mais elle évoque aussi le Jekyll and Hyde en chacun de nous.

Bonne écoute

Chris

« L’enfer » dans la langue de Shakespeare

Voici le moment de vous présenter la première pièce de mon nouveau projet musical.
Il s’agit d’une collaboration avec mon ami et néanmoins britannique Francis Catley.
Cette chanson est une adaptation en anglais  d’une chanson déjà présente sur « C.A.S.A » en 1999 et sur « Oxymores & Coquecigrues » en 2012.

Pour cette nouvelle version, c’est Francis, alias BootUpSound, qui chante. C’est aussi lui qui a traduit mon texte. Il ne s’agit pas d’une simple traduction d’ailleurs mais bien d’une version fidèle par le sens plus que par les mots. J’espère que vous aurez envie de partager ce moment. Il y aura bientôt d’autres chansons. Francis est lui-même auteur compositeur. La prochaine sera donc une de ses œuvres.

Je vous propose maintenant le texte que je lui ai proposé d’écrire. Je vous avoue que je ne comprends pas tout…

Chris

« The original  » l’enfer » written in the dying embers of the 20th century with New Romantic and Prog Rock undertones, exudes inner depths with captivating and unexpected chord structures, whilst dazzling the listener with sensational vocals.
But could it work in Shakespeare’s fair tongue?

Many feverished pencil gnawed evenings have resulted in an anglicised adaptation which faithfully reproduces the original text.
Some recording sessions later, a suitable vocal mix  was combined with a brand new instrumental, resulting in this offering, which I hope you enjoy as much as we do. »

Francis