Archives par mot-clé : l’enfer

Le paradis (après l’enfer)

Un petit passage à vide, une forme de dépression pré-traumatique pour ce lustre qui m’attendait. Et puis ça passe. L’examen se fait et il ouvre la voie pour une décennie de tranquillité cette fois (je verrai bien).
Pour ceux qui m’ont fréquenté (en infréquentable) en cette fin d’année 2018, ils comprennent sûrement de quoi je parle. Pour les autres, peu importe. Cette chanson ne parle finalement presque pas de ça. Elle est un contrepoint à l’enfer que j’avais écrit il y a plus de 20 ans.

Toujours en me questionnant (sinon ça ne serait plus moi) sur l’inspiration, ce qui la fait naître, il y a ce paradoxe en moi qui suis officiellement si rationnel et intrinsèquement si prompt à la panique existentielle. Mais je dois bien admettre (à mon corps me défendant) que tout va bien. Tant pis pour les belles chansons. Tant mieux pour ceux qui vivent auprès de moi. Tant pis pour ma muse. Tant mieux pour celle que j’aime.

« L’enfer » dans la langue de Shakespeare

Voici le moment de vous présenter la première pièce de mon nouveau projet musical.
Il s’agit d’une collaboration avec mon ami et néanmoins britannique Francis Catley.
Cette chanson est une adaptation en anglais  d’une chanson déjà présente sur « C.A.S.A » en 1999 et sur « Oxymores & Coquecigrues » en 2012.

Pour cette nouvelle version, c’est Francis, alias BootUpSound, qui chante. C’est aussi lui qui a traduit mon texte. Il ne s’agit pas d’une simple traduction d’ailleurs mais bien d’une version fidèle par le sens plus que par les mots. J’espère que vous aurez envie de partager ce moment. Il y aura bientôt d’autres chansons. Francis est lui-même auteur compositeur. La prochaine sera donc une de ses œuvres.

Je vous propose maintenant le texte que je lui ai proposé d’écrire. Je vous avoue que je ne comprends pas tout…

Chris

« The original  » l’enfer » written in the dying embers of the 20th century with New Romantic and Prog Rock undertones, exudes inner depths with captivating and unexpected chord structures, whilst dazzling the listener with sensational vocals.
But could it work in Shakespeare’s fair tongue?

Many feverished pencil gnawed evenings have resulted in an anglicised adaptation which faithfully reproduces the original text.
Some recording sessions later, a suitable vocal mix  was combined with a brand new instrumental, resulting in this offering, which I hope you enjoy as much as we do. »

Francis