Tous les articles par Chris

A propos Chris

Auteur compositeur interprète, tout est dit...

Que de la musique

Télécharger la chanson en MP3

En tant que grand fan de musique rock progressive, c’est à dire de longs morceaux mélodiques avec peu de texte, voire pas du tout comme chez Mike Oldfield, je me devais (si, je me LE devais) de réaliser un titre musical et uniquement musical.
Je ne m’interdis pas d’y mettre du texte un jour mais pour l’instant, permettez moi de vous présenter ces 7 minutes et 25 secondes de ballade rock.
J’ai composé ces notes à la demande de Lydie qui cherchait (me dit-elle) une ambiance musicale inconnue pour réaliser son projet marathon de poèmes (1 par jour pendant 1 an).
Si j’ai bien compris, elle cherche chaque jour son inspiration dans une oeuvre graphique ou sonore nouvelle . Et elle m’a donc fait l’honneur de me proposer d’être parmi ses muses « hic ». Je lui ai laissé l’exclusivité le temps qu’elle réalise son poème de ce jour. J’espère qu’elle vous le fera lire. Je vais lui proposer de le publier ici si elle le souhaite.

Bonne écoute

Chris (2020)

Perds Nos ailes ?

Télécharger la chanson en MP3

En 2012, dans l’album « Oxymores et coquecigrues », j’avais fabriqué une chanson sur une théorie personnelle qui me tient à cœur : la similitude entre la foi en dieu et celle en le père noël.
Je vous propose de la découvrir (ou pour certains de la redécouvrir).
Peut-être la mettrez vous dans votre playlist après demain.
Qui sait ?
Portez-vous bien

Chris

Hautes pressions (collaboration avec Denis Breulles)

Télécharger la chanson en MP3

Une pause avant la sortie du Soliloque.
Des retrouvailles après 6 lustres. Une époque où la guitare était un mode de communication universel.
Denis écrit aussi des chansons. Il est plus folk que moi.
Du coup, après qu’il m’ait fait entendre 3 accords qui lui trottaient dans la tête depuis très longtemps (m’a-t-il dit), je lui ai proposé d’en faire une chanson…rock. Logique…
Nous nous sommes partagé le texte. Ça raconte donc deux histoires parallèles. Et nous nous sommes aussi partagé le chant. Denis a bien voulu faire la petite ritournelle avec sa (vraie) Telecaster, cet arpège qu’on distingue pendant les couplets.

Comme d’habitude, j’attends vos retours et cette fois (comme avec Francis), ça ne concerne pas que moi.

En bonus, les photos de la session d’enregistrement de la chanson

 

Bonne écoute

Chris

Sessions sous haute pression

Photos prises lors de la session d'enregistrement de "Hautes pressions" les 12 et 13 novembre 2019

Le soliloque

J’approche de la fin de la phase. Le moment discret où je me dis qu’il est temps de clore mon travail. Un rythme invisible, une cadence de chansons qui me donnent l’impression d’une unité. J’ai essayé de traquer cette thématique, celle du soliloque. Je l’ai déjà dit mais c’est l’impression que j’ai parfois quand je produis mes chansons.
Là, j’y suis presque. La chanson éponyme et il ne restera plus qu’une, voire deux chansons.

« Le soliloque » est un ancien texte que j’ai remanié plusieurs fois. L’inspiration des paroles et de la musique m’est venue de la bande originale du film « Phantom of the Paradise » de Brian de Palma et plus particulièrement de la chanson « Beauty and the beast » de Paul Williams. Mais le thème s’est affiné et a vraiment pris tout son sens quand j’ai trouvé son titre.  Le mythe de Faust est toujours présent au début mais ensuite, il y a toutes les autres conversations imaginaires. Celles avec dieu, celles avec l’écrit, avec l’ami absent, celui qu’on fuit et enfin soi-même. Pour moi (c’est juste ma thèse), ce qui nous pousse dans cette solitude, c’est simplement la peur. Parler à ce qui ne peut pas nous répondre, nous contredire.
Toutes les autres chansons que je vous ai proposées sous cette bannière parlent d’autres formes de soliloques : Le posthume (La mort n’est pas le carnaval), celui d’une femme (3919), les dernières pensées d’un enfant-soldat (Rêver trop tard), l’acceptation de ses différences (3 mouvements distincts). Pour les autres textes, c’est plus dilué mais c’est bien là : « On ne s’entend plus » parle du double monologue de la dispute dans le couple.  « Nous sommes tous des clients » de l’aveuglement du consommateur. « Le paradis » de la difficulté de prendre la protection de l’autre. « Austria » : l’absurde surdité des nations qui n’entendent pas l’histoire se répéter. « La beauté de l’inutile » : le doute face à l’écriture.

J’ai bien conscience qu’à ce jeu, on peut raccrocher toutes les chansons du monde à mon thème.
Artificiel donc ? Universel plutôt.

Bonne écoute

Chris le 08/10/19