Icarus ou I care us (présentation version française par Chris)

Télécharger la chanson en MP3

Voici une nouvelle collaboration avec Francis. Elle a débuté il y a un an.
Les possibilités d’enregistrement sont rares en ce moment et nous avions profité de l’entre-confinement pour faire la prise de voix.
Cette fois, Francis est venu à moi avec une mélodie au piano et une idée de chant. Le texte était embryonnaire, une idée.
Nous avons construit la chanson dans une véritable collaboration.
Le texte a été écrit en français pour la fabrication des idées puis traduit en direct par Francis. Je n’ai pas tout à fait le même souvenir des origines du texte que Francis mais je sais que c’est lui qui a évoqué Icare et le Minotaure.

Ça m’a tout de suite fait penser à cette très émouvante nouvelle de Borges qui s’appelle « La demeure d’Astérion » et qui évoque un minotaure ignorant de son statut de monstre avec cette magnifique fin :  Le soleil du matin resplendissait sur l’épée de bronze, où il n’y avait déjà plus trace de sang. “Le croiras-tu Ariane ? dit Thésée, le Minotaure s’est à peine défendu.”
(« L’Aleph » de Jorge Luis Borges  Lisez Borges !)

Nous y avons invité Djé, le saxophoniste de LR6.
Son intervention devait être plus conséquente mais j’ai dû me résigner à utiliser les prises de son de notre seule séance de répétition faute de quoi nous aurions dû repousser la sortie du titre aux calendes grecques, un comble pour une chanson sur le Minotaure.

Encore une fois, grâce à l’approche à deux esprits, j’explore des aspects de créativité vers lesquels je ne pense pas que j’irais spontanément. Etre réorienté, conseillé, dissuadé ou encouragé dans une voie est très inspirant. Même si tout ça se fait très lentement, je suis fier du résultat et il est plus facile pour moi de vanter une création pour laquelle je ne suis finalement qu’une sorte d’exécutant.

Comme toujours, si vous avez aimé, faîte connaître. ça ne se fait pas autrement…

#chris2020

To the english presentation by Francis :english version

Version Youtube de la chanson pour encore plus de partage

4 réflexions sur « Icarus ou I care us (présentation version française par Chris) »

  1. De la pop musique qui puise sa source d’inspiration dans les légendes grecques, Francis et toi êtes indubitablement les initiateurs d’un genre musical nouveau! Quelle appellation lui donner : le M’n’P (pour Myth and Pop )? La various -gréco-harmonie ?
    Les paroles sont un peu déroutantes, d’autant qu’il s’agit d’une version revisitée de l’histoire de Dédale et Icare, qui de mémoire n’ont jamais croisé le Minotaure, ce dernier ayant été tué par Thésée avant qu’ils ne fussent à leur tour enfermés dans le labyrinthe.
    Mon ressenti pour la musique ? : la longueur du format fait tomber la composition dans le piège de l’excès des propositions. J’aime beaucoup les tonalités du début (le synthé, avec son côté eighties), un peu planantes, disons jusqu’à 1’36. J’adhère moins à la suite, qui ressemble trop à mon goût à un défilé polymorphe de rythmes et d’instrumentations qui mis bout à bout ne donnent pas un rendu cohérent (guitare rock à 2’05, saxo à 2’32, re-guitare rock à 2’58). Je crois que nous avons déjà discuté de cette tendance que tu as à partir dans tous les sens dans tes compositions musicales, ta maîtrise de la MAO t’incitant sûrement à vouloir jouer avec tous les champs des possibles le temps d’une chanson. En tant qu’auditrice, j’aime avoir un fil rouge qui guide mentalement mes rêveries (et c’est sûrement pourquoi j’ai une aversion pour le free jazz et ses variations à l’infini.).
    Dernière chose : Francis peut être plus que satisfait du rendu global que cela donne après traitement du son et mixage. Je suis tout à fait d’accord avec lui, la production home-made est comme toujours impeccable and his voice does sound like a peach smoothie in my ears.

    1. Le revers de la médaille d’avoir des commentateurs instruits… Voilà que je découvre après coup de nous sommes en plein anachronisme ! Mince alors. Je n’avais pas réalisé que Dédale et Icare ont été placés dans le labyrinthe après la mort du Minotaure. On peut dire que Minos en avait mis un autre ?
      Sinon, pour tes commentaires sur la musique, loin de me désolidariser de Francis, je dois dire que c’est malgré tout à lui que nous devons les moments variés. Il les a choisit et je crois même qu’il aurait pu en mettre plus. Je comprends bien que ça puisse paraître dense, voire bourratif de prime abord mais je suis loin de sur-utiliser les possibilités que m’offre la MAO. Au contraire, même si ça ne semble pas évident, je me suis limité à peu de sons. Si on fait le compte : 1 batterie, 2 synthés, 1 orgue, 1 piano, 1 basse, 1 guitare rythmique et 1 solo, 1 saxo et le chant. Bien sûr, on est loin du quatuor rock mais c’est un minimum pour moi. Mais la production se veut clairement orientée rock progressif avec l’ampleur qui le caractérise. De plus, le texte est plutôt long et il fallait bien tout ça pou lui permettre de se dérouler. Structurellement, il n’y a que 3 parties (couplets, refrain et pont). La composition n’est donc, sur le papier, pas si foisonnante que ça. Nous avons surtout souhaité explorer plusieurs propositions pour le couplet. Je crois surtout que le pont est un peu casse-gueule car la progression d’accords est effectivement assez complexe avec des dissonances qui peuvent égarer l’auditeur. Combien d’écoutes pour se familiariser avec la structure du morceau ? Plus de 2 ou 3 sûrement. Comme beaucoup de chansons à tiroirs, il faut parfois longtemps pour réussir à en percevoir la totalité, comme un tout.
      En tout cas, Daphné, encore un énorme merci pour ton retour.

  2. Merveilleux d’avoir une de nos chansons examinée avec autant de détails. Et oui, nous avons séparé l’histoire d’Icare / Minotaure, probablement un peu méchante mais le Machiavel en moi aimait l’idée de choquer ces savants philosophes et historiens classiques. Je suis probablement un peu un yin pour le yang de Chris, et mon ignorance incontestable en littérature le mortifie probablement et l’intéresse en même temps.

    Je suis d’accord sur le fait que la chanson est essentiellement simple, mais elle a été persuadée et cajolée pour révéler davantage de nouveaux endroits qui ont été minutieusement analysés. Ceux-ci ont été déconstruits et distillés métaphoriquement jusqu’à ce qu’un cristal commence à se former.

    Dans cette chanson, Chris a trouvé une myriade de façons pour moi de chanter, presque toujours en dehors de ma zone de confort, avec un timing pentamètre iambique nécessitant souvent plus d’une prise! Je pense que le résultat est bien plus intéressant car il y a toujours deux personnes qui chantent ici, même si une seule voix semble être présente.

    Quelle joie de découvrir la nouvelle musique, les idées, les sons et les instruments en puisant dans nos expériences musicales combinées tout en travaillant sur ce morceau. Le plaisir fantastique que l’on peut avoir à travailler ensemble, à ajouter deux parties ensemble et à en faire trois, ce qui est peut-être l’expérience d’autres auteurs-compositeurs en duo.

    « I care us » était une production super « fun », mais comme toujours, je regarde ensemble la chanson suivante, que Chris et moi avons déjà expérimentée. Je crois que j’ai l’honneur de travailler avec un musicien doué et talentueux, et peut-être, peut-être, ensemble, nous en écrirons un très bon, vous savez, celui que nous voulons tous écrire.

    1. Merci Francis pour ces louanges mais ce travail s’est fait à deux. Et le résultat est tellement différent de ce que je produirais seul ! J’adore faire émerger ces chansons à partir de tes idées. ça m’emmène vers des contrées où je n’aurais pas eu l’idée d’aller.
      Tu rêves de faire une chanson qui soit reconnue par le plus grand nombre ? Malheureusement, nous sommes plus à l’époque de la rareté. L’abondance de productions fait que même si ce que nous faisons est excellent (et c’est le cas), il y a extrêmement peu de chance que ça puisse surnagé dans l’océan quasi infini et très profond des diffusions tous azimuts. Seul la scène nous permettrait de nous distinguer et d’accrocher un public qui deviendrait notre médiateur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.